Étienne Champion, biographie/biography.

Depuis 1982, date de son premier stage avec Stefano Perrocco, Etienne Champion sculpte des masques. Il se forme d’abord sur scène à l’occasion de stages avec Carlo Boso, Philippe Hottier, Mas Soegeng, tout en se consacrant à la fabrication de masques et, à partir de 1987 à la sculpture de masques en bois. Il a, à ce jour, réalisé des masques pour plus d'une soixantaine de spectacles.

 

L’originalité de ses masques ainsi que son travail en lien avec les acteurs fait de lui le collaborateur privilégié de Mario Gonzalez pour lequel il crée des masques dans le cadre des ateliers de troisième année du C.N.S.A.D. mais aussi pour La trilogie des savants fous, Scapin, Dom Juan, Tartuffe, Lady Pygmalion, George Dandin. C’est d’ailleurs avec Mario qu’il crée, en 1987, une forme de masque neutre qui sert encore actuellement à l’enseignement au Conservatoire de Paris.

 

Pour approfondir sa compréhension du masque et du jeu masqué il remonte à intervalles réguliers sur scène et c’est ainsi qu’il joue dans Les Caractères en 1994, les gueules de bois en 1999, Envie de familles en 2001 et enfin dans George Dandin en 2007. En 2011 il conçoit et met en scène Boire & déboire.

 

Il voyage beaucoup à l’étranger et particulièrement en Suède où il fut pendant six ans artiste associé au Teater Halland à Varberg. Il collabore également avec les Bricklayers de Chicago et a participé en 2012 à deux créations en Chine, l’une avec l’Académie de théâtre de Shanghaï, l’autre pour le ballet de la province du Hubei à Wuhan.

 

Il est intervenant régulier, avec Mariana Araoz et Christophe Patty au sein de « collectif masque » et a été, de 2007 à 2012, secrétaire des « Créateurs de masques », association regroupant une trentaine de créateurs de masques résidant en France.

 

Par ailleurs il enseigne au travers de stage collectifs ou individuellement à son atelier.

 

Son approche du masque passe par une proximité avec l’interprète. La forme est créée en tenant compte de son porteur autant d’un point de vue anatomique que d’un point de vue dynamique. L’énergie de l’acteur induit, module le caractère du masque.

 

Après une courte approche (de 1982 à 1987) des masques traditionnels dits de la commedia dell’arte et du travail du cuir il s’oriente vers une esthétique où les masques sont tirés de typologies contemporaines et où un matériau traditionnel, le bois, donne une modernité à un art habituellement marqué par un certain classicisme dans le théâtre occidental.

 

Il se reconnaît des influences de la sculpture africaine, japonaise ou chinoise ou encore cubiste. Denis Monfleur, Nicolas Alquin, Ossip Zadkine, Enku, Ligier-Richier sont les références auxquelles il se reporte régulièrement pour ce qui est de la forme, Bram van Velde, Chaïm Soutine, les fauvistes et les expressionnistes allemands pour ce qui est de la couleur, Goya, Rembrandt et Tomi Ungerer pour la façon de porter un regard sur ses contemporains.

Since 1982, year of his first workshop as student with Stefano Perrocco, Etienne Champion sculpts masks. He begins first to learn how to play masks during workshops with Carlo Boso, Philippe Hottier, Mas Soegeng and in the meantime he dedicates himself to making masks. Since 1987 he carves wooden masks. From this date he has created masks for about seventy plays.

 

Because of the originality of his masks and his work linked to the actors he becomes Mario Gonzalez’s favoured associate. He creates masks for the Conservatoire de Paris (C.N.S.A.D.) third year workshops, and also for La trilogie des savants fous, Scapin, Dom Juan, Tartuffe, Lady Pygmalion, George Dandin.In 1987 they invent together a shape of neutral mask which is still used for teaching in highschools of théâtre.

 

To deepen his knowledge of the mask he intermittently goes on the stage as an actor as for Les caractères in 1994, les gueules de bois in 1999, Envie de familles in 2001 and finally in George Dandin (Molière) in 2007. In 2011 he conceives and directs Boire & déboire a play on the pleasures of the wine and the alcoholism.

 

He travels a lot and particularly in Sweden where he has been an associate artiste during 6 years to Teater Halland in Varberg. He works also with the Bricklayers of Chicago and has participated in 2012 at two projects in China, first with the Shanghai Theatre Academy, The Miser (Molière), the second for the Regional Ballet of Hubei in Wuhan (producer : Linqqiao Temple).

 

He works regularly, like Mariana Araoz and Christophe Patty within « Collectif Masque » and has been from 2007 to 2012, secretary of the association « les Créateurs de masques », gathering thirty masks-designers living in France.

 

In another part he teaches through collectives workshops or individually at his studio.

 

His approach of mask goes through closeness with actors. The shapes are created in account of those who wear them for their anatomy and their energy. Actors energy leads to the mask and his character.

 

After studying (from 1982 to 1987) traditional masks of Commedia dell’arte and leather technic, he goes to an aesthetic where the masks come from a contemporary typology and where a traditional material, the wood, gives a modernity to an art usually marked by a certain classicism in occidental theatre.

 

He admits influences of african sculpture, japanese or chinese or cubist art.Denis Monfleur, Nicolas Alquin, Ossip Zadkine, Enku, Ligier-Richier are his références for the approach of the shapes, Bram van Velde, Chaïm Soutine, fauvists and german expressionnists for the colors, Goya, Rembrandt and Tomi Ungerer for the sight on his contemporaries.

© 2019 Étienne Champion

  • Twitter Metallic
  • s-facebook